La Communication Non-Violente : c’est quoi ?

communication non violente cnv

La communication Non Violente (la CNV) a été développée par Marshall Rosenberg, docteur en psychologie clinique, dans les années 70 aux Etats-Unis. Son objectif est de transformer les conflits en dialogues apaisés en faisant appel aux penchants naturels de l’homme comme la bienveillance et l’empathie. Pourtant des millénaires de conditionnements issus des constructions mentales des générations précédentes nous font encore penser que l’homme est « mauvais par nature ».

La CNV aide à améliorer ses relations avec son entourage, à résoudre les conflits, à analyser sans juger (les autres ou une situation donnée), mais aussi avec nous-mêmes dans la mesure où elle nous libère de l’auto-jugement négatif.

Pour communiquer et agir sans violence ni agressivité, il est nécessaire d’apprendre à s’écouter et écouter les autres afin de comprendre et d’exprimer les sentiments et les besoins de chacun.

 

Principes fondamentaux de la Communication Non Violente

La méthode repose sur quatre principes de base connus sous l’acronyme OSBD (Observation, Sentiment, Besoin, Demande) :

  1. Observation: quelle que soit la situation, s’efforcer d’observer les faits objectivement, sans juger, sans déformer, sans évaluer.
  2. Sentiment: Toute personne doit pouvoir exprimer son propre ressenti (sensation physique, émotion).
  3. Besoin: Chacun doit pouvoir formuler clairement son besoin considéré comme une nécessité vitale (la sécurité, l’intimité, la distraction…).
  4. Demande: savoir demander ce que l’on attend de façon précise  tout en s’assurant qu’il s’agit bien d’une action concrète, réalisable et satisfaisante pour toutes les parties.

Le chacal et la girafe

 

CNV Marschall RosenbergSelon Marshall Rosenberg, il existe deux manières de communiquer. La première est notre manière habituelle de communiquer conditionnée par la croyance que « les êtres humains sont naturellement mauvais ». Ce mode de communication débouche inévitablement sur des comportements agressifs et/ou violents contre les autres mais aussi contre nous-mêmes (culpabilité, honte, dénigrement…).

L’autre façon de communiquer consiste à faire usage du « langage du cœur » qui caractérise la communication non violente. Il s’agit d’un mode de communication emphatique débarrassée de tout jugement moral.

Pour illustrer ces différentes manières de communiquer, Marshall Rosenberg utilise deux marionnettes : la girafe qui est le mammifère possédant le plus gros cœur, et le chacal qui montre les dents dès qu’il lui manque quelque chose ou s’il souffre. Bien entendu il s’agit là  des métaphores. Dans le langage de la CNV, ces deux animaux représentent avant tout des formes de pensées et de langage. Il ne s’agit pas, non plus, des parts de nous, nous avons tous une part en nous qui s’exprime en langage « girafe » ou en langage « chacal ».

– Quand nous nous exprimons en langage « chacal », nous :

  • posons des étiquettes sur les autres, les rabaissons,
  • évaluons et accusons,
  • excusons nos actes en référence aux exigences d’une situation donnée ou aux ordres,
  • culpabilisons les autres pour mieux les contrôler,
  • ne prenons pas notre entière responsabilité de ce que nous faisons, ou faisons faire.
  • jugeons : qui a raison ? qui a tort ? qui est bon ? qui est mauvais ? etc…
  • utilisons la violence et la domination pour obtenir un changement.

– Quand nous nous exprimons en langage « girafe », nous :

  • écoutons avec bienveillance et empathie,
  • observons plutôt que de juger,
  • raisonnons en termes d’émotions et de besoins insatisfaits au lieu d’accuser et de juger,
  • cherchons à comprendre et à décoder ce que l’autre essaie d’exprimer maladroitement et agressivement,
  • prenons notre part de responsabilité dans les réactions des autres à notre égard.

Marshall Rosenberg affirme que, quelle que soit la situation, nous avons toujours le choix de nos actes et de nos paroles. La CNV, plus qu’une méthode, est un « art de vivre » en harmonie avec nos semblables, que ce soit dans un cadre familial, personnel ou professionnel. Elle nous permet de nous responsabiliser, sans accuser les autres d’être à l’origine de nos difficultés. Elle est un chemin qui mène vers une meilleure connaissance de nous-mêmes et de nos besoins tout en étant capable d’exprimer nos émotions, nos sentiments et besoins avec bienveillance. Elle permet d’être à l’écoute des autres et d’accueillir avec empathie leurs propres besoins.

 Il nous appartient de devenir « le changement que nous voulons voir dans le monde ». (Gandhi)

 

Pour aller plus loin dans la compréhension de la Communication Non Violente vous pouvez visualiser une série de vidéos en 4 parties présentée par Marshall Rosenberg :

 

Related posts

Leave a Comment