Cambriolage : comment l’expliquer aux enfants ?

Cambriolage : comment l’expliquer aux enfants ?

- dans Enfants & Ados
840
0
traumatisme-cambriolage-enfant

En 2015, plus de 230 000 cambriolages de logements ont eu lieu en France. Outre l’aspect financier, ces actes répréhensibles peuvent avoir des conséquences psychologiques lourdes qu’il ne faut pas négliger, chez l’adulte comme chez l’enfant. Famille Magazine fait le point.

Le traumatisme post-cambriolage

traumatisme-cambriolage-enfant

Un traumatisme est souvent induit par des situations graves, des grands dangers et du stress. Lors d’un cambriolage, et si la victime est confrontée au(x) voleur(s), l’évènement peut être traumatisant.
Mais même si elle n’est pas présente lors de ce dernier, la situation pourra créer un choc psychologique qu’il faudra prendre en compte.

Chez un enfant, dont l’imagination est souvent débordante et irrationnelle, le traumatisme pourra être plus important encore. Il pourra en effet avoir tendance à amplifier l’évènement de façon dramatique et nécessitera donc qu’on prenne le temps de lui expliquer les faits avec des mots simples. Il ne s’agira pas uniquement de lui expliquer, mais bel et bien de l’aider à verbaliser l’évènement, ses peurs et ses craintes.

L’intrusion d’un étranger dans sa maison peut rendre un enfant anxieux : il sera donc capital de le rassurer et de lui expliquer que des changements vont être effectués, qu’un serrurier à Villeurbanne va changer les serrures et qu’il n’y aura plus de raison d’avoir peur.

Que faire après un cambriolage ?

reparation-serrurier-villeurbanne

Après un cambriolage, il est primordial de faire appel à un artisan serrurier à Villeurbanne ou dans votre région afin de changer toutes les serrures de la maison. Pour qu’un enfant se sente de nouveau rassuré, il est également important de lui montrer le résultat de l’intervention et de lui expliquer que dorénavant, la sécurité a été renforcée.

S’il a du mal à aller se coucher suite aux évènements, les parents se devront d’être rassurants mais fermes : retarder l’heure du coucher ou pire encore, lui proposer de dormir dans le même lit n’est pas une attitude à adopter. Il sera primordial de garder les habitudes familiales afin que l’enfant ne sente pas de changement. Cela contribuera ainsi à dédramatiser l’évènement et à lui faire comprendre que, malgré ce cambriolage malheureux, la vie suit son cours.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *